Aménagiste section Planifications Fédérales

Cinq questions pour cinq réponses: Laëtitia Béziane

Laetitia Béziane

Votre fonction en trois mots ?
Coordination. Territoire. Transports.

Vous êtes aménagiste. Est-ce le métier que vous avez toujours rêvé d'exercer ?
Honnêtement non. Quand j’avais 14 ans, je voulais devenir professeure de littérature française ou de philosophie en Allemagne. C’est en étudiant les sciences de l’environnement, parallèlement à mes études de philosophie, que je me suis intéressée à l’aménagement du territoire.

Pourquoi travaillez-vous pour l’administration fédérale ?
Je suis très attachée à la notion de service public, au fait d’œuvrer pour la collectivité. J’apprécie le fait de pouvoir travailler sans trop subir la pression économique, car cela permet d’avoir une plus grande marge de manœuvre pour mener des réflexions de fond.
L’administration fédérale offre des perspectives intéressantes de formation continue tout en donnant la possibilité de concilier vie privée et vie professionnelle. Cet aspect est très important pour moi dans la mesure où je suis bénévolement très active.

Quels sont les forces et les atouts de l’ARE que vous souhaiteriez faire mieux connaitre ?
L’ARE gère des tâches complexes à différentes échelles de projet et de planification. Il endosse la responsabilité de la pesée des intérêts liés au développement des infrastructures et de ceux liés à la protection de l’environnement et du paysage. Il est un interlocuteur privilégié pour les aménagistes des cantons et des agglomérations. L’ARE constitue également un observatoire sur le développement territorial, raison pour laquelle il compte un nombre important de bons analystes. En outre, la plupart des collaborateurs sont capables de bien s’exprimer dans une deuxième langue officielle et font l’effort de le faire.

Si vous deviez quitter l’ARE, que regretteriez-vous le plus ?
Mes collègues. J’ai la chance de travailler quotidiennement avec des personnes que j’apprécie beaucoup. Cela permet de relativiser, d’être plus patient quand certains dossiers s’avèrent plus ardus que prévus. Le climat de travail est globalement très agréable et je mesure tous les jours la chance que j’ai de travailler dans de telles conditions.

Office fédéral du développement territorial ARE

Dernière modification 19.04.2016

Début de la page