Chef section Rapports climatiques et adaptation aux changements

Paul Filliger, chef de la section Rapports climatiques et adaptation aux changements

Paul Filliger

Kyoto, le CO2 et bien plus encore: depuis plus de deux décennies, Paul Filliger s'occupe de différents aspects de la politique environnementale de l'administration fédérale.

Géographe spécialisé dans la climatologie, Paul Filliger débute son activité à l'Office fédéral de l'environnement dans les années 90, à la fin de son cursus universitaire. La section pour Protection de l'air lui offre en effet la possibilité de se pencher sur la problématique des agents polluants, thème traité dans son travail de diplôme.

Ainsi, la transition de l'environnement académique au monde professionnel est idéale pour lui. Il précise cependant: «Le travail au sein de l'administration fédérale est beaucoup plus concret. De plus, l'activité se déroule en contact direct avec le monde politique». Par exemple, les spécialistes ont pour tâche de fournir régulièrement les informations qui doivent permettre aux responsables politiques de prendre des décisions judicieuses en matière de politique environnementale. Ce sont là des caractéristiques de son travail que Paul Filliger considère comme positives: «Le fait d'être amené à devenir un généraliste après avoir reçu une formation spécialisée rend l'ensemble encore plus stimulant. Cet exercice permet d'acquérir la capacité d'avoir une vision d'ensemble et de synthétiser les éléments les plus importants sans se perdre dans les détails, cela tout en assurant l'exactitude de l'information. De ce point de vue, l'administration fédérale est sans conteste une excellente école».

En 2000, Paul Fillinger bifurque vers une thématique quelque peu différente pour se consacrer à l'étude du climat. Son parcours dans ce domaine le conduit à la fonction qu'il occupe actuellement, celle de responsable de la section Rapports climatiques et adaptation aux changements. «Aujourd'hui, je m'occupe avant tout de données, en particulier celles qui concernent les émissions de CO2 de la Suisse», explique-t-il. Le domaine de compétences de Paul Filliger ne se limite cependant pas à cette tâche. Dans le cadre du protocole de Kyoto, il est régulièrement en contact avec l'ONU. De plus, en qualité d'expert, il évalue différents pays du point de vue de leurs émissions de dioxyde de carbone et accompagne l'évolution de la législation sur le CO2.

Le parcours professionnel de Paul Filliger lui a permis d'aborder des sujets occupant le devant de la scène publique: «De nos jours, une grande quantité d'informations concernant les questions climatiques sont disponibles sur Internet. Cependant, d'un point de vue scientifique, un certain nombre d'entre elles sont erronées ou seulement en partie correctes. Par conséquent, il devient toujours plus difficile de transmettre des messages précis, plus particulièrement lorsque ces derniers s'inscrivent dans le cadre d'un débat très émotionnel».

A cela s'ajoute un autre défi de taille: «Le travail de l'administration fédérale, donc de ses collaborateurs, permet d'influencer la politique climatique, notamment par l'intermédiaire de la législation. C'est là une source de fierté qui implique aussi une grande responsabilité: effectuer des prévisions valables et équilibrées pour les 30 à 50 prochaines années et proposer des mesures adéquates. Les générations futures seront les juges de notre politique climatique actuelle».

 

Dernière modification 19.04.2016

Début de la page