Traductrice services linguistiques centraux

Cinq questions pour cinq réponses: Irene Forzoni

Irene Forzoni

 

Votre travail en trois mots?
Mon travail en trois mots: plurilinguisme, communication et précision.

Pourquoi à la Confédération?
A la Confédération parce qu'elle permet d'entrer en contact avec tous les aspects qui ont une influence sur le quotidien des citoyens, de la législation aux discussions politiques, des aspects culturels à l'histoire du pays, en passant par les réactions à ce qui se passe dans le monde jusqu'aux réponses aux situations de crise.

Quel sens a votre travail pour la Suisse?
Mon travail permet de mettre en pratique le principe du plurilinguisme suisse qui, avant d'être inscrit dans la loi, faisait et fait partie intégrante de la culture et de l'histoire suisse. Le plurilinguisme constitue également un des éléments qui rend notre pays attrayant au niveau international. Dans une réalité qui compte quatre langues nationales, la traduction garantit qu'un message déterminé ou une information soit accessible à tout le monde et pas seulement aux personnes qui maîtrisent la langue du message original.

Quel est le plus grand préjugé à l'égard de votre travail?
La croyance populaire veut que le travail du traducteur soit ennuyeux et il est généralement admis que le traducteur doive «seulement traduire» sans qu'il soit nécessaire de penser ou de connaître le sujet traité. C'est une grave méprise due au fait que notre métier n'est pas connu. Il est en effet impossible d'imaginer de pouvoir traduire sans acquérir préalablement des connaissances spécifiques en la matière que nous devons transférer au fur et à mesure d'une langue à l'autre et d'un contexte socioculturel à un autre.

Quel est l'élément qui vous rend indispensable aux yeux de votre employeur?
D'une manière générale, les traducteurs restent un élément fondamental pour l'employeur, à savoir la Confédération, afin de mettre en pratique le principe du plurilinguisme que j'ai mentionné précédemment: garantir à tous les citoyens suisses le droit de comprendre et de lire, dans leur propre langue, les messages et les informations de la Confédération.

 

 

Chancellerie fédérale ChF

Dernière modification 20.04.2016

Début de la page