Collaborateur scientifique

Cinq questions pour cinq réponses: Patric Aeberhard

Patric Aeberhard

 

Votre travail en trois mots?
Mon travail en trois mots: égalité des salaires, justice sociale et article constitutionnel.

Qu'apporte votre travail à la Suisse?Un salaire sans discrimination est la condition pour une Suisse sociale et libérale. Mon activité est une petite contribution au développement d'une plus grande équité envers les femmes, les hommes, les familles et les entreprises.

Quel est le plus grand préjugé à l'égard de votre office? Qu'en est-il en réalité?
Le principal préjugé est que seules des femmes travaillent au Bureau de l'égalité et que ces dernières ne s'investissent que pour la cause féminine. En réalité, je travaille dans une équipe très mixte, où l'on trouve même un peu plus d'hommes que de femmes. De surcroît, au sein du BFEG travaillent des personnes de langue maternelle italienne, française ou allemande. Il est vrai que ce sont principalement les femmes qui sont concernées par la discrimination salariale. Pourtant, à la fois les femmes, les hommes et les entreprises en subissent les conséquences néfastes. La discrimination salariale nuit par conséquent à l'ensemble de la société. L'égalité n'est donc pas une thématique purement féminine mais bien une question de société.

Qu'est-ce qui vous rend indispensable pour votre office?
Ce n'est qu'en sa qualité d'individu que tout un chacun devrait être irremplaçable, et non pas relativement à la fonction qu'il exerce. J'espère que c'est également mon cas.

Quelle personne exerçant quelle fonction au sein de quel office au sein de l'administration souhaiteriez-vous rencontrer et pour quelle raison?

Il est toujours passionnant de rencontrer des personnes provenant d'autres offices et ayant d'autres fonctions. La diversité des individus et de leurs fonctions reflète les multiples facettes de la Suisse.

 

 

Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes BFEG

Dernière modification 19.04.2016

Début de la page