Mon premier jour à Berne

Estelle Laura Fontaine-01

Arrivant à la fin de ma maîtrise en traduction spécialisée à la Faculté de traduction et d’interprétation de Genève, je voulais absolument effectuer un stage à la Confédération. Pourquoi précisément à la Confédération, me direz-vous ? Parce que je m’intéresse à la Suisse et à sa politique, au fonctionnement de son administration et aux décisions qui en découlent. Alors, quoi de mieux que d’effectuer un stage au cœur du système et du plurilinguisme ? De plus, je désirais profiter d’un réel encadrement afin d’accomplir le plus de progrès possibles. Inutile de relever que les stages de la Confédération sont réputés pour leur qualité. Chaque jour, sur le portail emploi, je me suis appliquée à surveiller les offres de stages en traduction. Je savais toutefois que je n’étais pas la seule à avoir cette idée en tête. Je ne me faisais pas trop d’illusions. Après un test et un entretien, si vous saviez comme j’ai été heureuse de l’obtenir, ce stage !

À mon arrivée, le 1er avril, j’ai compris que mes attentes ne seraient pas déçues. Au risque de confirmer un cliché helvétique, j’étais contente que tout soit si bien organisé. Avec Anna, l’autre stagiaire en traduction, nous avons été chaleureusement accueillies par les ressources humaines. Nous avons été accompagnées lors des diverses étapes qui nous attendaient (vérification de l’identité, réception des documents, etc.). Sur mon bureau se trouvait un magnifique bouquet de roses. J’en prends soin depuis trois semaines et il est encore beau ! J’ai eu la chance d’avoir le temps de me familiariser avec les thèmes et la documentation avant de commencer à traduire. Guidée par Carole, la responsable du service linguistique francophone, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance de mes collègues des services linguistiques et d’autres collaborateurs du SG DETEC. L’ambiance agréable qui règne au sein du secrétariat général est à mes yeux importante, la traduction étant un travail d’équipe où le dialogue et les échanges sont précieux. Je suis effectivement doublement encadrée, avec la possibilité de poser des questions en tout temps sur le travail et même, parfois, de demander des conseils sur ma nouvelle vie à Berne. Les services linguistiques prennent le temps de réviser systématiquement toutes les traductions, un vrai gage de qualité et un feedback personnel que j’apprécie grandement. Les textes, de sujet et de nature variés, me font connaître de nouveaux domaines. C’est passionnant de traduire des écrits qui ont une utilité directe, cela renforce le sentiment de participer à l’actualité de la Suisse.

Et puis, disons-le : la beauté des lieux, avec ses bâtiments lumineux et son architecture médiévale, ses arcades et rues pavées, ses cafés et marchés, participent chaque jour au plaisir de venir travailler !

Dernière modification 22.04.2016

Début de la page